Pourquoi le Lapin ? Une conteuse-envouteuse qui nous transporte !

Compagnie CIMI’MONDES

Spectacle inspiré des contes Mayas Avec Carmen Samayoa conteuse, danseuse et Gabriel Jordân guitare


Forcément un spectacle qui s’appelle « POURQUOI LE LAPIN A-T-Il DE GRANDES OREILLES » attire des enfants, ou peut-être aussi des parents qui prétextent de leurs enfants pour assouvir une curiosité et un besoin de rêverie qu’ils n’osent revendiquer légitime. Il y avait donc beaucoup d’enfants dans la salle, mais aussi des « grands ».



La pénombre se fait puis se dissipe tandis qu’apparait la conteuse appuyée sur une sorte d’étoffe. Vêtue d’une tunique colorée et d’un pantalon blanc, elle semble surgir du fin fond de la Méso Amérique. Elle tourne et tourne sur la scène et capture le regard. Des métamorphoses s’opèrent en elle : tantôt petite, tantôt vieille, tantôt juste adulte, elle parle d’une voix perchée, accompagnée d’une guitare discrète qui souligne ses pas. Elle parle à tous les enfants de la salle, sans distinction d’âge. Elle tourne et déploie son écharpe, elle se dresse, se replie et son récit se love dans ses mouvements. Soudain elle s’élève, droite et tendue : elle n‘est plus grand-mère, femme, ou même enfant, elle est devenue Quetzalcóatl, le serpent à plume qui raconte.



Dans mon siège la chaleur de la salle à peine tempérée par 2 ventilateurs, l’inconfort s’estompe peu à peu, le récit m’entraîne hors de ce réel, hors de mon corps, à la suite du lapin. Suis-je le Lapin ? Est-ce que je me métamorphose ? Suis-je lapin ou singe ou tigre ou serpent ? Je glisse sur le rayon lunaire du récit, c’est la déesse Ixchel qui m’aspire, qui m’entraîne vers l’astre de la nuit… Je suis sur la lune, j’ai de grandes oreilles…



La lumière s’allume, autour de moi il y a des enfants et des adultes, des parents et des grands parents. Pas de criailleries, de jacasseries ; nous émergeons d’un songe…

Carmen Samayoa et Gabriel Jordân se présentent devant nous et s’inclinent, les applaudissements fusent dans le public, je suis redevenu un spectateur.


Carmen Samayoa est une artiste d’origine guatémaltèque, c’est la troisième fois qu’elle se produit au festival de Ségure à mon plus grand émerveillement.

Hubert Reys

Crédits photos: Christian Haerrig


Abonnez-vous à notre Blog
Restez informé

Merci de vous être abonné.

Posts Récents